Voyage organisé en petit groupe de 17 jours pour le best of du Sri Lanka.

Sri Lanka – Matugama – fin

J’ai demandé au guide la température la nuit. Il m’a répondu en souriant  (ils sourient tout le temps même quand on râle)  » Pareil que maintenant ». Ha…En effet, la nuit a été courte et chaude. C’est que la nature est bruyante! (Je découvre le bivouac) La toilette est sommaire dans la cabane au fond du jardin. Après le petit déjeuner, nous marchons 1heure au milieu de la plantation d’hévéas. Nous apprenons encore beaucoup sur la nature et ce que l’on peut en tirer. Une noix de cajou pousse en dessous d’un fruit qui sens la pêche. Les oliviers n’ont pas la même tête que les nôtres. Une variété de clémentine est minuscule et très acide.
Nous revenons pour déjeuner. Il semble que cette journée soit du remplissage, dommage de finir sur une note en demi-teinte.

Nous rentrons à Negombo. Un peu avant la sortie d’autoroute , un pneu du bus crève. Pas de criques mais heureusement, notre super assistant est super efficace et on repart rapidement. Nous arrivons à l’hôtel, un peu decrépi. Il fait chaud donc nous faisons un tour et revenons par la plage.
Une bonne douche (plus que necessaire), avant de prendre un dernier verre avec les guides pour les remercier de tout. Puis, nous cherchons un restaurant et prenons le plus proche, l’orage menace. Les éclairs tombent vraiment proches.

Cette nuit sera courte, il n’y a que 2h dans la chambre avant notre départ pour l’aéroport à 1h30 du matin. Et l’on s’endort, grosse erreur ! Difficile d’émerger mais on monte dans le bus, une dernière fois. L’au revoir est bref, j’ai tellement pas envie de rentrer
Le voyage se passe sans encombres,  et c’est fatiguée que j’atterris à Paris. Le naturel râleur du français revient vite : mais quel aéroport de merde et pourquoi il fait froid?

Voilà la boucle est déjà bouclée. Il me reste à faire le nord et l’est du pays. Il faudra attendre un peu car ce sont les zones les plus touchées par la guerre civile et le tsunami de 2004. Mais déjà « Istouti » (merci) pour cette belle découverte.

image

image

image

Sri Lanka – Galle – jour 14

Dernier tour sur la plage avant de reprendre le bus. Sur la route, nous essayons de prendre en photo les pêcheurs sur les poteaux de bois. Malheureusement pour nous c’est un attrape touriste, il faut payer pour les photos et dès qu’ils voient notre bus ralentir, ils se cachent derrière des tissus ! Le vrai pêcheur traditionnel ne se voit qu’à l’aube et semble en voie de disparition.

Premier arrêt au marché de la nouvelle ville de Galle, nous avons 1heure de quartier libre. Il y a foule car mardi c’est le nouvel an sri lankais (selon la position du soleil). On passe par les vêtements, les épices, les fruits et de loin celui aux poissons(pour l’odeur). La chaleur, la circulation dense et les klaxons ont raison de nous. Nous revenons après 30 minutes. Faux pêcheur sur des poteaux de bois

Nous entrons dans la vieille ville de Galle entourée de remparts. D’abord érigé par les colons portugais en 1505, le fort fu remanié par les hollandais en 1640. Les anglais laissent leurs traces à partir du 18e siècle, on y trouve la devise « dieu et mon droit » au dessus de l’ancienne porte.
Quelle différence avec le marché ! Ici c’est calme et l’architecture nous est familière. Le vent de la mer rafraîchit notre balade sur les remparts. La ville est très belle quoique bien envahie par les boutiques touristiques. Un tiers des maisons appartient encore à des étrangers. Nous avons quartier libre mais pas assez. Je reste sur ma faim sans plus d’explications.

Nous prenons l’autoroute pendant 1h et finissons sur un chemin accidenté. Nous voilà arrivé au gîte, pas d’eau chaude, pas d’électricité, un dortoir avec des moustiquaires et juste un toit. Au plus proche de la nature et au calme.

image

Le marché de la ville nouvelle de Galle

image

Phare et remparts de Galle

image

Rue de Galle style colonial

image

Maison d'hôte dans la pampa

Sri Lanka – Mirissa – jour 13

Shhhhhhh – shhhhhhhhhhhhhh – shhhhh (bruits des vagues)

Je ne suis pas là pour le moment, laissez un message !

 

Mirissa beach

Mirissa beach

 

Bon, ok l’envers du décor c’est qu’il y a eu un gros orage cette nuit et que le ciel est tout gris aujourd’hui.

Je jongle entre biafine (10 min dans l’eau hier ont eu ma peau), mouchoirs, baume du tigre et pastilles pour la gorge. J’ai attrapé la crève avec tous ces changements de température.

Ça ne m’empêche  pas de lire en maillot sur un transat en écoutant le bruit des vagues.

Sri Lanka – Mirissa – jour 12

Je l’annonce haut et fort, ce matin c’est la dernière fois que je me lève avant le soleil. Je continue la découverte de la faune locale.

Direction le port pour aller observer les baleines. Nous passons à l’heure du marché aux poissons : pesée, négociations et surtout odeur… Dès le matin et le ventre vide beurk.  Nous embarquons.  Après 1h au large, nous apercevons les premiers jets d’eau signifiant la présence de ces mammifères. Ce sont de grandes baleines bleues. Elles sont très proches du bateau (trop?). Difficile de les capter en photo, un dos, un jet… Quand elles montrent la tête ou la queue c’est l’euphorie à bord. Moment magique  (j’utilise beaucoup ce mot en ce moment non?)

 

On rentre en tuk tuk sur le coup de 11h. Je me jette dans les vagues et elles me le rendent bien, un rouleau un peu violent et je suis calmée. Je rejoins ma serviette pour une sieste à l’ombre. Les vacances farniente commencent…

 

Flash info du soir : la journée faune locale n’est pas terminée. Des bébés tortues ont éclos sur la plage et sont partis rejoindre le large. Une haie d’honneur de touristes s’est formée. Il y en avait une centaine, trop touchant.

Retour de pêche - port Mirissa

Retour de pêche – port Mirissa

Oh la baleine

Oh la baleine

Vue du balcon - Paradide beach club Mirissa

Vue du balcon – Paradide beach club Mirissa

Sri Lanka – safari Uda Walawe – jour 11

Tout bon safari doit commencer aux aurores. Levées à 5h, nous grimpons dans un 4×4.  Et ça secoue, les chemins sont dignes des tests tout terrain d’auto-moto.

Nous apercevons dès le début, un éléphant puis un troupeau avec des bébés. Un éléphanteau s’attarde pour boire mais sa mère est déjà reparti, il court et barri. Trop chou !

Nous entendond beaucoup de Léon, les paons sont nombreux ici ainsi que d’autres oiseaux perruches, aigles, toucans, hérons…

Nous nous arrêtons pour le petit déjeuner face au lac et aux montagnes. C’est beau ! Au retour, nous longeons les rives du lac pour observer les crocodiles et d’autres oiseaux.

Nous filons vers l’orphelinat des éléphants. En 4×4 ouvert, ça décoiffe. On arrive pile pour les biberons, ou plutôt les tuyaux de lait des 36 orphelins. Il n’y a pas grand chose d’autre à voir.

Retour à l’hôtel, je tombe dans mon lit pour une sieste de 2h avant le déjeuner et le départ.

Nous arrivons à Mirissa en bord de mer. Le guide annonce 18° dans l’eau, ce ne sera pas pour moi. Et pourtant, je me jette dedans, elle est au moins à 25. Je suis la dernière à sortir de l’eau. L’océan indien c’est quand même bien : chaud + grosses vagues = éclate. Ça m’a bien crevée tout ça.

 

Éléphants - mère et enfant

Éléphants – mère et enfant

 

Parc Uda Walawe

Parc Uda Walawe

 

Orphelinat d'éléphants

Orphelinat d’éléphants