Articles

Jour 5 – Cefalù

Le réveil s’effectue en même temps que celui de la rue et des travaux (encore). Le b&b ne dispose pas de salle de restaurant et nous devons aller au bar du duomo. Tant mieux, l’établissement est conseillé par le routard. Nous dégustons le cappuccino et les croissants fourrés à la pistache et au chocolat face à la cathédrale.  Il faut prendre des forces pour l’ascension du jour : la rocca qui surplombe la ville.

Le début du chemin est un escalier pavé, on arrive å 100m d’altitude aux premiers contreforts.  Pour la petite histoire, la ville de Cefalù s’est souvent réfugiée en hauteur au cours de l’histoire pour échapper aux pirates et aux assauts des musulmans. La ville était autonome grâce à ses citernes, stockages, champs de blé, et imprenable car un seul accès existe.

image

Au cours de notre ascension, nous appercevons les vestiges de cette ville antique puis médiévale.  La première étape est la plus époustouflante : le mur de fortification crénelé juste au dessus du duomo. Une vue imprenable que nous photographions sous tous les angles.

image

Nous décidons de faire le grand tour jusqu’au château à 200 m d’altitude. Les fleurs de toutes les couleurs égayent notre parcours. Tant mieux car la difficulté a augmenté sous le soleil de midi et sur un sentier de pierres. Nous sommes récompensées par une vue à 360 degrés sur les alentours. Et le turquoise de la mer partout. 

image

Nous redescendons pour déjeuner autour de 14h. C’est une assiette d’anti-pasti garnie de charcuterie et de fromage qui nous récompense, accompagnée d’un verre de vin blanc. Le dessert nous est offert par la maison : une brioche à la crème de pistache accompagnée elle aussi d’un marsala à l’amande, une tuerie !

image

Après l’effort, le réconfort, et encore le réconfort, direction la plage. Premier maillot de bain ! Les nuages arrivent mais sont repoussés par le vent, tant mieux !

image

Nous revenons lorsqu’il fait frais et nous rendons juste en bas de la rue dans un restaurant terrasse vue mer.

Infos pratiques :
Il n’existe qu’une route pour accéder aux sentiers de la rocca. Suivre les panneaux temple de Diane depuis la place Garibaldi.
Comptez 1h d’ascension pure et 4 euros de droit d’entrée même si le routard précise le contraire.

Jour 4 – Cefalù

« Prego » oui, quoi ? Une annonce en haut parleur dans la rue nous réveille vers 8h. Cela tombe bien, notre premier petit déjeuner inclus est servi jusqu’à 9h30. Nous nous  empiffrons de croissant, céréales, yaourt pour tenir la matinée.
Noud cherchons un bus pour Cefalu. Nous tournons autour de la gare et apprenons que le prochain est dans 2h. Nous optons donc pour le train dans 1h avec une certaine appréhension, les guides précisant que les trains italiens ne sont pas fiables. L’exemple nous arrive sous les yeux, le train pour Rome (tunnel?) Annoncé à 10h05 part à 10h40. Étonnamment, le nôtre arrive 40min avant sur la voie et part à l’heure.

Nous arrivons à Cefalù vers midi. Nous avons trouvé une petite pépite : un petit village devenant station balneaire réputée en été. Mais nous sommes hors saison et il fait beau ! Au bout de la rue principale se trouve notre b&b dolce vita. Nous découvrons la terrasse vue mer…Waou ça vaut le coup.

Nous troquons nos chaussures de marche pour les tongs et une robe de plage. La découverte de la ville s’effectuera au rythme tranquille et détendu.  Nous commencons par la place du duomo de la même pierre que le rocher qui la surplombe, l’intérieur présente des mosaïques byzantines.

image

Nous cherchons à rejoindre la mer par les petites ruelles, la magie opère.  Nous croisons le vieux lavoir, Et quand nous arrivons sur la plage, c’est le summum d’un paysage de carte postale entre la vielle ville, l’eau turquoise et le rocher.

image

Nous dégustons un panino (froid) sur un banc en face de la mer. Le pain est délicieux ainsi que le jambon et fromage locaux.  Nous restons au soleil jusqu’à ce qu’on en puisse plus ! Nous cherchons une glace sur la place du duomo et nous (re)posons au soleil ! Les glaces au citron et noisette sont servies dans des brioches ici.

image

image

Après cette journée harassante,  nous captons les derniers rayons du soleil sur la terrasse. On ne se lasse pas de la vue.

image