Articles

Sri lanka – cascades – jour 10

Dans notre dortoir de 4 filles, on se réveille l’une après l’autre. Prêtes pour 14 km de marche à 1700m d’altitude. Comme souvent en montagne, le temps est radieux le matin puis les nuages descendent à mesure que les heures passent.  Au bout de 3 heures, nous avons traversé 3 villages! Ici on observe davantage de potager, que de champ de thé vu que la route est éloignée. Nous arrivons enfin à une cascade, lanka falls pour pique-niquer. Repos bien mérité.

 

Nous reprenons la marche entre les pins et les fougères hautes,  on se croirait en France ! On arrive enfin à la cascade de Bambarakanda, la plus haute du pays. Elle ne rentre pas dans l’objectif. Le parking où nous attend le bus est en vue, quel soulagement. On peut voir le village où l’on a dormi, il est minuscule d’ici.

Il reste 2 heures de route pour rejoindre notre hôtel encore luxueux, proche d’un lac.

Villages tamouls perchés

Villages tamouls perchés

 

Cascade la plud haute du Sri Lanka

Cascade la plus haute du Sri Lanka

Rando entre cascades et hautes herbes

Rando entre cascades et hautes herbes

Sri Lanka – train – jour 9

Nous laissons Françoise à l’hôtel pour son rapatriement.

Escales touristiques dans un atelier de sculpture de bois puis de batik (peinture sur tissus après plusieurs bains de couleurs)

Nous prenons de l’altitude et nous arrêtons dans une usine de thé. Le thé de meilleure qualité est cultivé au dessus de 1200 mètres. Il est au goût anglais, fumé ce qui n’est pas le notre. A la fin de la visite, on passe par le magasin. Oups les chinois sont là et prennent d’assaut tous les stocks par paniers complets. On ne comprend pas trop, ce sont pourtant les premiers producteurs de thé. ( 2e l’Inde puis le Sri Lanka)

Nous reprenons la route vers nuwara eliya, perchée a 1800 mètres. Ce sont des routes en lacets…ça tourne, je suis pas au top de ma forme. On prend notre pique nique rapidement avant de sortir dans cette ville anciennement anglaise. Il reste un hippodrome, des golfs et un style colonial. Pour le reste, nous passons par le marché alimentaire et le bazar des vêtements griffés.

Puis nous redescendons pour prendre le train. Il est a l’heure, les paysages de champs de thé et de culture de potager en terrasse sont magnifiques. 1h plus tard nous arrivons dans le village d’ohiya. Après 2heures de marche d’abord entre les hévéas puis dans les champs de thé, nous arrivons au gîte a la tombée de la nuit. Le village est inaccessible par la route.  Le confort est certes sommaire mais j’imaginais pire.

Ceuilleuse de thé

Ceuilleuse de thé

 

Le train  près de nuwara eliya

Le train près de nuwara eliya

Sri Lanka – Kandy – jour 8

Le planning de la journée est bouleversé. Il faut consulter un médecin pour le genou de Françoise. On arrive à garder les 4 entrées prévues.

On commence par la visite d’un musée de pierres précieuses. Le Sri Lanka est connu surtout pour ses saphirs et rubis. Les mines et l’exploitation des gemmes est tres rudimentaire : pieds dans l’eau, creuser à la pioche, sans électricité donc tout à la bougie.

On passe ensuite quelques heures dans le jardin botanique royal de 59 hectares. Il existe 33 espèces endémiques d’orchidées (dont une qui pourrait soigner le paludisme). Le jardin est assez grand pour etre coupé des bruits de la ville et pour abriter des petits couples sous chaque arbre.

On attend dans le bus durant la consultation médicale puis on file à un spectacle de danses traditionnelles. La mélodie et surtout les instruments, surtout des percussions, ressemblent étrangement aux chants arabes. Niveau chorégraphie, hommes et femmes se succèdent dans des costumes toujours plus chargés. Le clou du spectacle se situe à l’extérieur : ils marchent sur les braises.

Enfin, nous visitons le temple de la dent de Bouddha car Kandy est la ville sacrée actuelle. Nous ne sommes pas seuls, c’est férié aujourd’hui pour les bouddhistes, jour de pleine Lune. Nous arrivons pour la cérémonie de l’ouverture du temple. On peut apercevoir le stupa en or mais la foule est tellement compacte que je renonce à m’avancer. Les tambours et les rythmes lancinants tapent vite sur le système. Les fidèles sont chargés de fleurs fraîches comme le jasmin ou le lotus en offrande. Il fait nuit lorsque nous sortons, c’est finalement une bonne heure pour visiter, la température est plus fraîche. Ce weekend, nous partons dans la pampa reculée entre villages montagnards, cascades et thé. A lundi si tout va bien.

Arbre penché par le vent - royal botanical garden Kandy

Arbre penché par le vent – royal botanical garden Kandy

Temple de la dent de Bouddha  - Kandy

Temple de la dent de Bouddha – Kandy

Sri Lanka – jour 7

Laurence et moi avons mis le réveil à 5h30 ce matin. Nous suivons les conseils de notre super assistant pour admirer le lever du jour sur les montagnes. Après quelques jolies photos, nous retournons au lit 1h.

Ce matin, un condensé des marches précédentes est proposé : champs de thé, rizières et village tamoul.

Petite aparté pour comprendre : Au Sri Lanka, il y a 4 religions (bouddhisme70%, hindouisme, catholicisme et islam), réparties entre 3 ethnies (cinghalais, tamouls et maures) pour 3 langues officielles toutes obligatoires dont l’anglais. Tout ce beau monde cohabite même s’il ne faut pas oublier les 26 ans de guerre civile terminée en 2009.

Bref, 2 filles font bande à part car avec le gros orage de la nuit, les rizières risquent d’être boueuses et pleines de nos amies les sangsues. (Certaines étaient restées dans les chaussettes d’hier).

Qu’importe ! Nous croisons les habitants au travail dans les rizières ou les plantations de thé. Il n’y a pas de boue, le soleil a déjà tout séché donc pas de compagnon indésirable. Nous traversons les cours d’eau et là, catastrophe, une fille glisse et se pète le genou. Il reste encore 1km en montée peu technique mais tout de même. Appuyée sur les bâtons de marche, elle rejoint la route puis, le bus.

La pluie s’abat juste après. Le reste de la journée est consacrée au transfert vers la 2e plus grande ville du pays : Kandy. Embouteillages, surpeuplée. Heureusement, L’hôtel est posé sur les hauteurs.

 

Rizieres et rivière

Rizieres et rivière

La ville de Kandy (et pas le pays)

La ville de Kandy (et pas le pays)

Sri Lanka – jour 6

Nous partons à 8h avec un pique nique pour une journée complète de randonnée. Le guide nous montre le rocher en face, c’est là. Quoi ? Hé non ce n’est pas un poisson d’avril.

Le bus nous descend au village du guide local, il n’y a que 20 familles et seulement 8 enfants à l’école. Nous traversons les rizières juste replantées très vertes. Des paysans nous offrent du thé avant l’ascension.

Les sangsues sont de la partie. Nous nous surveillons mutuellement les chaussures. Elles entrent dans les tissus des chaussures et piquent à travers les chaussettes. Il faut être doublement concentré entre les rochers et les sangsues. Ça devient de la paranoïa ! Nous atteignons le haut et ses 1000 mètres d’altitude. Tout est vert et fleuri, c’est la pâture des vaches. Nous pique niquons au bord du vide, face au paysage de rizières en terrasse, c’est magique.

Nous redescendons petit à petit et découvrons la source du village. Qu’il est agréable de s’y tremper les pieds ou de se baigner pour les plus courageux. Comme l’avait prédit le guide, il pleut à 15h. Les 10 minutes jusqu’au bus suffisent pour être trempé, même avec un parapluie, c’est la douche !

Nous rentrons tôt au gîte et mettons nos affaires autour du feu.

 

Pause rafraîchissante dans la rivière

Pause rafraîchissante dans la rivièreD

Rizières en terrasse

Rizières en terrasse