Articles

Sri Lanka – Kandy – jour 8

Le planning de la journée est bouleversé. Il faut consulter un médecin pour le genou de Françoise. On arrive à garder les 4 entrées prévues.

On commence par la visite d’un musée de pierres précieuses. Le Sri Lanka est connu surtout pour ses saphirs et rubis. Les mines et l’exploitation des gemmes est tres rudimentaire : pieds dans l’eau, creuser à la pioche, sans électricité donc tout à la bougie.

On passe ensuite quelques heures dans le jardin botanique royal de 59 hectares. Il existe 33 espèces endémiques d’orchidées (dont une qui pourrait soigner le paludisme). Le jardin est assez grand pour etre coupé des bruits de la ville et pour abriter des petits couples sous chaque arbre.

On attend dans le bus durant la consultation médicale puis on file à un spectacle de danses traditionnelles. La mélodie et surtout les instruments, surtout des percussions, ressemblent étrangement aux chants arabes. Niveau chorégraphie, hommes et femmes se succèdent dans des costumes toujours plus chargés. Le clou du spectacle se situe à l’extérieur : ils marchent sur les braises.

Enfin, nous visitons le temple de la dent de Bouddha car Kandy est la ville sacrée actuelle. Nous ne sommes pas seuls, c’est férié aujourd’hui pour les bouddhistes, jour de pleine Lune. Nous arrivons pour la cérémonie de l’ouverture du temple. On peut apercevoir le stupa en or mais la foule est tellement compacte que je renonce à m’avancer. Les tambours et les rythmes lancinants tapent vite sur le système. Les fidèles sont chargés de fleurs fraîches comme le jasmin ou le lotus en offrande. Il fait nuit lorsque nous sortons, c’est finalement une bonne heure pour visiter, la température est plus fraîche. Ce weekend, nous partons dans la pampa reculée entre villages montagnards, cascades et thé. A lundi si tout va bien.

Arbre penché par le vent - royal botanical garden Kandy

Arbre penché par le vent – royal botanical garden Kandy

Temple de la dent de Bouddha  - Kandy

Temple de la dent de Bouddha – Kandy

Sri Lanka – Polonnaruwa et Sigiriya suite – jour 4

Nous partons à la découverte d’une des capitales datant du 11e siecle, Polonnaruwa. Nous débutons par un tour au musée archéologique puis nous enfourchons les vélos. Grâce aux maquettes du musée, il est plus facile d’imaginer un palais de 7 étages, là où il n’y a plus que 6 piliers de briques. Les ruines passent mais ne se ressemblent pas. Comme toute capitale bouddhiste qui se respecte, la ville a hébergé une dent de Bouddha dans un  stupa (batiment rond abritant la relique et n’a pas d’entrée).

Le soleil au zénith ne nous épargne pas. Notre guide se fait engueuler car il nous a laissé entrer avec nos chapeaux. Ce sont plus que des ruines sans toit, ce sont des temples. Il faur donc avancer sans chaussures et tête decouverte.

Alors que l’on pense saturer de ruines, un mirage ! Nous voyons une mer de sel alors que c’est un beau stupa blanc caché par les arbres et les nuages. Nous finissons par le summum de ce site classé UNESCO : les 4 représentations de Bouddha sculptées dans le granit.

 

Une grande pause s’impose avant une nouvelle ascension de Sigiriya. Celui du rocher d’en face. L’ascension finit par des passages plus techniques entre des rochers. La vue en face est encore une fois fabuleuse et panoramique. Un gros nuage nous cache le soleil et nous redescendons avant la tombée de la nuit. Cela nous évite une descente hasardeuse dans le noir à la lumière d’une torche pour 11.

C’est trempés exténués mais ravis que nous entrons dans un nouveau bel hôtel.

 

Vélo à Polonnaruwa

Vélo à Polonnaruw

Stupa blanc Polonnaruwa

Stupa blanc Polonnaruwa

Macaque et bébé special Mymy

Macaque et bébé special Mymy

Fin de l'ascension technique Sigiriya

Fin de l’ascension technique Sigiriya

Vue du rocher de Sigiriya

Vue du rocher de Sigiriya

Sri Lanka – Dambulla et Sigiriya – jour 3

La face cachée  du bel hôtel se révèle pendant la nuit : les moustiques invidibles dans la chambre ne m’ont pas loupé cette nuit. Et la ligne de chemin de fer passe juste derrière. Sachant que les trains klaxonnent longtemps avant d’arriver en gare et qu’ils passent tôt le matin, c’est que du bonheur pour se réveiller!

Apres le petit déjeuner, nous prenons la route vers Dambulla. Sur le chemin, le guide et son assistant au petit soin, nous explique les moissons des rizières qui se passent en ce moment, toutes les utilisations de la noix de coco, en s’arrêtant quand il faut. De même pour nous montrer les nouveaux arbres et espèces que nous croisons.

Nous arrivons à  11h30 à Dambulla et commençons la grimpette sous le cagnard. Heureusement, ce n’est pas très long. En haut, nous laissons nos chaussures contre 25 roupies. Les pavés sont brûlants même sous nos chaussettes. Nous entrons dans le temple classé à l’UNESCO et datant du 5e siècle.  Il comporte 5 grottes dont 2 grandes contenant de multiples statues de bouddhas peintes ou extraites du granit de la roche. Nous redescendons après 1h pour déjeuner.

Cap sur Sigi Riya autre temple classé à l’UNESCO. Nous y arrivons sur les coups de 15h30, il paraît qu’il fait moins chaud et surtout qu’il faut grimper 1200 marches… l’enceinte du temple est très grande avec ses douves et ses multiples jardins d’eau. Les premières volées de marche finissent par un escalier helecoidales au dessus du vide. Je suis Motivée pour admirer les fresques osées représentant le harem du roi batisseur. La suite de l’escalier abrupt et dans le vide débute entre les pattes d’un lion. Le vent est le bienvenu à  la fin de cette ascension. La haut, les ruines du palais sont exceptionnelles, embellies par le paysage toujours verdoyant du Sri Lanka. Piscine, salle d’audience, trône… une chose est sûre, le roi ne devait pas beaucoup redescendre au vue de la difficulté d’accès et la grandeur du palais.

Finalement ce temple etait 3 fois plus haut que celui d’hier mais c’est passé tout seul et ça vaut vraiment le coup.
Notre assistant prevenant nous avait préparé des pastèques pour le retour et nous a déniché un elephant sauvage près de la route.
L’hôtel de ce soir est nôtre première déception(il en fallait bien une) : des moustiques à gogo surtout dans la salle de bain, peu d’eau chaude et pas de débit. Je vous écris donc à l’abri de ma moustiquaire !

image

Moisson des rizières

image

Grotte et bouddhas du temple de Dambulla

image

Jardins et rocher de Sigiriya

image

Fresque du harem de Sigiriya

image

Première pose en haut de Sigiriya

Sri Lanka – jour 2

Nous commençons le debut de la voiture dans notre petit bus climatisée. Comme nous ne sommes que 9,  il y a assez de places.
Nous traversons les plaines tres vertes et luxuriantes, rencontrons des champs d’ananas, des palmiers des cocotiers. Le jeu de notre chauffeur est de zigzague entre les bus de ligne et quelques travaux.

Nous arrivons a notre premier temple, Ridi Vihara. il faut d’abord enlever ses chaussures mais contrairement au Japon, ce n’est pas du parquet qui nous attend, mais la route, le sable. Le temple est construit dans une ancienne mine d’argent. Au milieu des bouddhas, allongés, debout et jen passe, nous trouvons des azulejos laissés par les premiers colons portugais. Je vois enfin des macaques au milieu des temples, difficile de les prendre en photo pour Mymy.
Nous dejeunons dans un charmznt restaurant au bord de l’eau.

En fin d’après midi, nous atteignons le 2e temple : Yapahuwa datant du 13e siècle. Sous cette chaleur moite,  nous montons les marches raides du temple, puis a flanc de montagne sur des marches minuscules, nous arrivons au sommet. Une déception : le stupa en brique n’est pas stupa -fiant (elle n’est pas de moi) mais 2 récompenses : de grosses bourrasques d’air frais et une vue à 360○ sur les plaines et rizières  environnantes. Les vêtements blancs des écoliers ou les saris colorés ressortent bien ici, c’est beauuu.
Il ne nous reste plus qu’à redescendre  (attention la glissade) et à decouvrir notre hôtel, encore plus beau que le premier. Mais entouré de lacs et donc de moustiques grrrr.

image

Champs d'ananas

image

Entree du temple de ridi vihara

image

Les singes et les marches escarpées de Yapahuwa

image

Vue des rizières en haut de Yapahuwa et des saris

image

Paradise hotel